Russie-virus-oct18-main2-750

Les clients mangent dans un restaurant du Patriarshiye Prudy, un restaurant branché et un quartier de l’auberge à Moscou, en Russie. AP

C’est vendredi soir à Moscou, et les auberges et restaurants populaires du centre-ville sont bondés. Personne à part le personnel ne porte un masque ou ne se soucie de garder ses distances. Rien n’indique que la Russie soit balayée par une résurgence des infections à coronavirus.

“Je crois que tout le monde finira par avoir la maladie”, déclare le Dr Alexandra Yerofeyeva, spécialiste en médecine interne dans une compagnie d’assurance, en sirotant un cocktail au bar The Bix à Moscou. Elle ajoute gaiement: “Rien ne s’est aventuré, rien n’a gagné.”


LIRE LA SUITE

Les EAU signalent 1538 nouveaux cas de COVID-19, 4 décès

Le ministre de la Jeunesse des EAU reçoit le vaccin COVID-19


L’épidémie en Russie ce mois-ci bat les records établis au printemps, lorsqu’un verrouillage pour ralentir la propagation du virus a été mis en place. Mais, alors que les gouvernements de toute l’Europe entreprennent de réimposer des restrictions pour contrer la hausse des cas, les autorités russes résistent à la fermeture d’entreprises à nouveau. Certaines régions ont fermé des boîtes de nuit ou limité les horaires des auberges et des restaurants, mais peu de mesures ont été mises en œuvre à Moscou, qui est à nouveau l’épicentre de la flambée.

Russia-virus-Oct18-main1-750
Des travailleurs médicaux portant un équipement de protection poussent un patient soupçonné d’avoir un coronavirus dans un hôpital de Moscou. AP

Vendredi, les autorités russes ont signalé plus de 15 000 nouvelles infections, le pic quotidien le plus élevé à ce jour dans la pandémie. Moscou – avec moins de 10% de la population – représente jusqu’à 30% des nouvelles infections chaque jour. Le ministre de la Santé affirme que 90% des lits d’hôpitaux pour les patients atteints de coronavirus ont été remplis. Trois fois cette semaine, le bilan quotidien de la Russie a dépassé le record du printemps de 232.

Même ces taux de virus en flèche sont probablement sous-estimés; Les experts ont averti que les chiffres officiels du monde entier sous-estiment le véritable bilan, mais les critiques ont particulièrement contesté le nombre de morts en Russie, affirmant que les autorités pourraient minimiser l’ampleur de l’épidémie.

À l’heure actuelle, la situation est “difficile” mais “aucune mesure restrictive pour l’économie n’est nécessaire”, a déclaré mercredi la vice-première ministre Tatyana Golikova au président Vladimir Poutine.

Le verrouillage du printemps a nui à l’économie déjà affaiblie du pays et a aggravé la frustration des Russes face à la chute des revenus et à la détérioration des conditions de vie, poussant le taux d’approbation de Poutine à un creux historique de 59% en avril, selon le Levada Center, le principal sondeur indépendant de Russie. Les analystes affirment que son gouvernement ne veut pas revenir à ces jours sombres.

Russie-virus-oct18-main3-750
Les clients sont assis à l’extérieur d’un restaurant à Patriarshiye Prudy, un restaurant branché et quartier de l’auberge à Moscou, Russie. AP

“Ils savent que les gens viennent de finir de tolérer les mesures de verrouillage qui seraient extrêmement impopulaires si elles étaient à nouveau imposées”, a déclaré Judy Twigg, professeur de sciences politiques à la Virginia Commonwealth University, spécialisée dans la santé mondiale.

En fait, le gouvernement de Poutine semble aller dans la direction opposée. Les responsables russes ont annoncé cette semaine que le trafic aérien reprendrait avec trois autres pays. Tout le trafic aérien international a été arrêté au printemps.

L’annonce a rappelé aux gens “la nécessité de prendre soin de leur santé autant que possible” – un reflet du nouvel effort des autorités russes pour transférer une grande partie de la responsabilité de la façon dont l’épidémie se déroule sur les gens.

Moscou a pris les mesures nécessaires, “mais sans que les gens réagissent à ces mesures, s’aident eux-mêmes et les gens qui les entourent, rien ne fonctionnera”, a averti Sergueï Sobianine, le maire de la capitale russe de 12,7 millions d’habitants.


Presse associée