WELLINGTON (Reuters) – Premier ministre Jacinda ArdernA remporté samedi la plus grande victoire électorale de son parti travailliste de centre-gauche depuis un demi-siècle, alors que les électeurs la récompensaient pour une réponse décisive au COVID-19.

Le mandat signifie Ardern, 40 ans, pourrait former le premier gouvernement à parti unique depuis des décennies et devra relever le défi de réaliser la transformation progressive qu’elle a promise mais n’a pas réussi à réaliser lors de son premier mandat, où les travaillistes ont partagé le pouvoir avec un parti nationaliste.

«Il s’agit d’un changement historique», a déclaré le commentateur politique Bryce Edwards de l’Université Victoria de Wellington, décrivant le vote comme l’une des plus grandes fluctuations de l’histoire électorale de la Nouvelle-Zélande en 80 ans.

Le parti travailliste était en passe de remporter 64 des 120 sièges du parlement monocaméral du pays, le plus élevé de tous les partis depuis que la Nouvelle-Zélande a adopté un système de vote proportionnel en 1996.

Ardern, 40 ans, a promis à ses partisans de bâtir une économie qui fonctionne pour tous, de créer des emplois, de former des personnes, de protéger l’environnement et de s’attaquer aux défis climatiques et aux inégalités sociales.

«Nous vivons dans un monde de plus en plus polarisé», a-t-elle déclaré. «Un endroit où de plus en plus ont perdu la capacité de voir le point de vue de l’autre. J’espère qu’avec cette élection, la Nouvelle-Zélande a montré que ce n’est pas qui nous sommes. »

La chef de l’opposition, Judith Collins, a déclaré qu’elle félicitait le premier ministre pour son «résultat exceptionnel».

Le parti travailliste a obtenu 49,0% des voix, loin devant le national avec 27%, a déclaré la Commission électorale, avec 95% des bulletins comptés.

Ardern a déclaré qu’elle attendrait le résultat final pour dire si son gouvernement inclurait des groupes plus petits comme le Parti vert, un ancien partenaire de la coalition qui a obtenu un mandat plus important de 8%.

ÉLECTEURS SWING

Les dirigeants nationaux ont été décimés dans leurs bastions par de jeunes candidats travaillistes qui ont fait appel aux électeurs avec des messages progressistes et démocratiques et ont souligné le succès du parti dans la lutte contre le coronavirus.

«Les sept derniers mois de ce gouvernement, toutes les questions autour de leurs promesses passées ont été mises de côté à cause du COVID-19. C’est aussi simple que cela », a déclaré le chef adjoint national Gerry Brownlee, qui a perdu son siège de longue date.

Malgré l’inclinaison des élections vers la gauche, Ardern «Est susceptible de continuer à tracer une voie centriste, visant en grande partie à mettre en œuvre un changement progressif qui, espère-t-elle, survivra à un futur changement de gouvernement», car elle doit sa victoire aux électeurs de centre-droit qui soutenaient auparavant National, a déclaré Geoffrey Miller, analyste à site Web politique Democracy Project.

«BE FORT, BE GEND»

Le Premier ministre a été salué dans le monde entier pour sa gestion d’une fusillade de masse l’an dernier par une suprémaciste blanche à Christchurch, avec son mantra inclusif «soyez forts, soyez gentils» et une action rapide pour interdire les armes.

Elle a poli cette réputation cette année avec une approche «allez-y vite, allez-y tôt» du nouveau coronavirus, qui a éliminé la propagation locale du COVID-19 dans le pays.

L’élection a été retardée d’un mois après de nouvelles infections au COVID-19 à Auckland qui ont conduit à un deuxième verrouillage dans la plus grande ville du pays.

Bien que reconnu internationalement pour la promotion de causes progressistes telles que les droits de la femme et la justice sociale, à la maison Ardern fait face à la critique que son gouvernement a échoué sur une promesse de transformation.

La vie est revenue à la normale en Nouvelle-Zélande, mais ses frontières sont toujours fermées, son secteur du tourisme saigne et les économistes prévoient une récession durable après les durs verrouillages.

L’économie s’est contractée à un taux annuel de 12,2% au deuxième trimestre, sa plus forte baisse depuis la Grande Dépression. La dette devrait atteindre 56% du produit intérieur brut, contre moins de 20% avant la pandémie.

Les Néo-Zélandais ont également voté samedi lors de référendums pour légaliser l’euthanasie et la marijuana à des fins récréatives, les résultats devant être annoncés le 30 octobre. Ce dernier vote pourrait faire de la Nouvelle-Zélande le troisième pays au monde à autoriser l’utilisation et la vente de cannabis par des adultes à l’échelle nationale, après l’Uruguay et le Canada.

Reportage de Praveen Menon; Reportage supplémentaire de Lidia Kelly à Melbourne; Édité par William Mallard et Raju Gopalakrishnan