Le chef de l’armée australienne, le lieutenant-général Rick Burr, a retiré un escadron du régiment des services aériens spéciaux (SAS) pour envoyer un message clair que les comportements criminels ne seront pas tolérés dans les forces spéciales d’élite australiennes.

Cette décision fait suite à la transmission des conclusions de l’enquête sur l’Afghanistan de l’Inspecteur général des forces de défense australiennes (IGADF), qui allègue que des soldats du SAS ont tué illégalement des civils afghans non armés.

Dans une déclaration aux médias publiée le 19 novembre, Burr a déclaré qu’il n’avait pas pris la décision à la légère. Bien que le rapport ait révélé que l’activité s’était produite dans tout le régiment SAS, il était devenu évident que le 2 e Escadron était à un moment donné le lien de l’activité criminelle grave alléguée.

“Cette faute grave présumée a gravement endommagé notre réputation professionnelle”, a déclaré Burr. “Les problèmes dans le rapport d’enquête sont si choquants qu’un message clair est nécessaire.”

«Cela ne doit plus jamais se reproduire, où que ce soit dans notre armée. Notre profession exige que nous agissions toujours de manière légale, éthique et responsable. Même dans les environnements les plus complexes et les plus difficiles », a-t-il déclaré.

Burr espérait que le vide permanent qui existait actuellement dans le système de numérotation SAS servirait de rappel de ce moment de l’histoire militaire de l’Australie.

Il a également déclaré que l’action ne reflétait pas les membres actuels du 2 Squadron, Special Air Service Regiment et que tous les membres actuels du 2 Squadron seraient réaffectés à d’autres sous-unités au sein du SAS Regiment.

Le chef des Forces de défense, Angus Campbell, a présenté ses excuses sans réserve au peuple afghan pour les actes répréhensibles commis par le personnel de la défense australien. Campbell a écrit sur Twitter: «Au peuple afghan, au nom des forces de défense australiennes, je m’excuse sincèrement et sans réserve pour tout acte répréhensible commis par des soldats australiens.»

Selon Campbell, 26 000 membres de l’ADF ont participé à la campagne en Afghanistan de 2005 à 2016, et 3 000 d’entre eux étaient membres de la Force opérationnelle spéciale.

«Beaucoup de gens ont fait énormément de bon travail, et nous devrions être fiers de leur contribution, car ils devraient être fiers de leur contribution», a déclaré Campbell. «Ce que l’Inspecteur général trouve est en contradiction totale avec ce bon effort et nuit à notre autorité morale en tant que force militaire.»

L’ancien Premier ministre John Howard, qui a engagé les FAD en Afghanistan, s’est dit profondément bouleversé par les conclusions de l’enquête.

«Ses conclusions sont accablantes du comportement d’un petit groupe de membres des forces spéciales qui, selon lui, seraient responsables, entre autres, du meurtre illégal de 39 citoyens afghans», a déclaré Howard. «Le rapport déclare explicitement qu’aucun d’entre eux n’a perdu la vie dans le feu de la bataille. Une telle conduite est totalement en contradiction avec les valeurs, les croyances et les pratiques de nos forces militaires.

Howard a dit que les processus juridiques doivent maintenant être autorisés à se dérouler.

«Si des accusations sont portées contre des individus, elles doivent être traitées conformément au système de justice pénale australien», a déclaré Howard. «Tout membre du personnel accusé devrait bénéficier de la présomption d’innocence.»