Le Royaume-Uni et le Canada ont convenu samedi de reconduire l’accord commercial actuel entre l’UE et le Canada après la période de transition du Brexit, et d’entamer l’année prochaine les négociations d’un accord plus adapté.

L’accord signifie que les entreprises britanniques peuvent continuer leurs échanges de biens et de services de 20 milliards de livres (26,57 milliards de dollars) avec le Canada après que le Royaume-Uni ne fasse plus partie de l’accord économique et commercial de l’UE.

Les deux pays parleront d’étendre l’accord en 2021, potentiellement dans des domaines tels que le commerce numérique, l’environnement et l’autonomisation économique des femmes, a déclaré le ministère britannique du Commerce international.

«Le Royaume-Uni est lié par l’histoire, la culture et le commerce transatlantique avec nos amis et alliés au Canada, et nous voulons continuer à construire des partenariats partout dans le monde qui soutiennent nos valeurs communes de liberté et de démocratie», a déclaré la secrétaire au Commerce international, Liz Truss. une déclaration, «et marque aujourd’hui une nouvelle étape vers l’adhésion à un groupe de nations partageant les mêmes idées, le Partenariat transpacifique».

Le directeur général par intérim de la Confédération de l’industrie britannique, Josh Hardie, a déclaré que l’accord était une excellente nouvelle pour les entreprises des deux côtés de l’Atlantique.

“Les fabricants envoient-ils encore leurs produits entre les deux pays? [sic] sans droits de douane, ou que les entreprises britanniques soient en mesure de vendre leurs services sur le marché canadien, c’est une véritable étape importante », a déclaré Hardie.

À l’approche de la fin de la période de transition du Brexit, le Royaume-Uni s’emploie à copier et coller ses accords commerciaux dans le cadre de l’UE pour assurer la continuité.

Youmy Han, porte-parole de la ministre canadienne du Commerce international, Mary Ng, a déclaré à la SRC que le gouvernement canadien espère que tous les députés appuieront l’accord.

Cependant, les députés de l’opposition au Parlement canadien ont déclaré que la Chambre n’avait pas beaucoup de temps pour ratifier l’accord avant les vacances prolongées.

Le député conservateur Randy Hoback a déclaré vendredi que cela «n’arrivera pas» à temps.

«Vous avez manqué votre échéance», a déclaré Hoback à Doug Forsyth, négociateur en chef du Canada. «Je ne peux pas soumettre cela à la Chambre des communes dans le délai imparti pour assurer la continuité … à moins que je ne le fasse comme je l’ai fait avec le [North American Free Trade Agreement (NAFTA).]”

En mars, une révision de l’ALENA a été précipitée par le Parlement canadien, avant d’être suspendue pendant cinq semaines en raison de la pandémie de virus du PCC (Parti communiste chinois).