Le 15 octobre, les libéraux et les partis d’opposition se sont battus pendant des heures lors de deux réunions de comité sur la réouverture de l’enquête de WE Charity et la publication de documents expurgés.

Le Comité des finances a débattu pendant 11 heures d’une motion présentée par les conservateurs pour dénoncer les expurgations d’environ 5 000 pages de documents WE publiés par les libéraux en août.

Les députés libéraux Peter Fragiskatos et Julie Dzerowicz ont défendu à plusieurs reprises les parties noircies des documents, affirmant qu’ils contiennent les numéros de téléphone des fonctionnaires ou les codes des lignes de conférence téléphonique du gouvernement.

Le critique des finances Pierre Poilievre n’était pas convaincu, disant sur Twitter: «Les libéraux entament la 9e heure de motion d’obstruction systématique du Comité des finances pour débloquer les documents du scandale du WE. Il doit y avoir des bombes dans ces documents pour qu’ils atteignent ces limites. »

Pendant ce temps, le comité d’éthique a passé 10 heures à débattre d’une motion conservatrice demandant à Speakers ‘Spotlight, l’agence qui a organisé des allocutions pour l’épouse, la mère et le frère du premier ministre Justin Trudeau lors d’événements de charité WE, afin de remettre 12 ans de reçus pour le apparitions payées du trio.

Les membres libéraux du comité d’éthique se sont plaints du fait que se plonger dans les affaires financières des proches du Premier ministre va au-delà de leur implication avec le WE. Ils ont également soutenu que la portée proposée par la motion devrait être gérée par le commissaire à l’éthique plutôt que par les députés.

De plus, les libéraux ont abordé des sujets sans rapport avec l’affaire WE. Le député Han Dong a souligné que le comité d’éthique devrait plutôt axer sa discussion sur les stratégies antiracistes et l’impact de la technologie de reconnaissance faciale sur les personnes de couleur.

Lorsque les députés de l’opposition ont remis en question la pertinence de la suggestion de Dong, le député libéral Greg Fergus, président du caucus parlementaire noir, est intervenu en disant qu’ils avaient interrompu Dong en raison de préjugés inconscients.

«Je sais que ce n’est pas l’intention de mes honorables collègues, mais cela me rappelle les micro-agressions auxquelles sont confrontés de nombreux Canadiens de couleur. Je n’entends pas d’autres membres être interrompus », a-t-il dit, les exhortant à permettre à Dong de continuer à parler.

Photo Epoch Times
Le député conservateur Pierre Poilievre brandit des documents expurgés lors d’une conférence de presse sur la Colline du Parlement le 19 août 2020 (Sean Kilpatrick / La Presse canadienne)

Le député néo-démocrate Charlie Angus a rétorqué que si les libéraux veulent entreprendre une étude sur la technologie de reconnaissance faciale ou quoi que ce soit d’autre, ils n’ont qu’à laisser la motion des documents du WE passer au vote et le comité pourrait passer à autre chose.

“Je lui demande de ne pas jouer à des jeux, de ne pas jeter ces insinuations très chargées à mes collègues”, a déclaré Angus. «S’il veut parler de quelque chose, soumettez-le simplement à un vote pour que nous puissions faire avancer les choses.»

Le député libéral Francesco Sorbara a soutenu que la motion violait la vie privée de la mère et du frère du Premier ministre.

Les députés conservateurs ont rétorqué que les libéraux sont engagés à couvrir Trudeau.

«L’action d’une obstruction systématique de plusieurs jours par des membres du gouvernement est une dissimulation dirigée par le gouvernement», a déclaré le porte-parole conservateur en matière d’éthique, Michael Barrett.

Les deux réunions se sont terminées sans résolution lorsque les députés du Bloc québécois se sont joints aux libéraux pour voter pour faire une pause, mais le Comité des finances devait poursuivre son débat le 16 octobre.

Cependant, la réunion a été annulée ce matin-là, selon les partis d’opposition.

«Après avoir promis de convoquer un comité des finances à 11 heures aujourd’hui, le président libéral a renié et annulé l’audience d’aujourd’hui», a écrit Poilievre sur Twitter.

«Trudeau est prêt à arrêter les comités pour empêcher la vérité de sortir dans le scandale WE.

Le député néo-démocrate Peter Julian a également annoncé l’annulation sur Twitter, critiquant en même temps les libéraux pour avoir bloqué plus de 200 heures pour empêcher la divulgation des documents expurgés.

«Que cache le premier ministre?» il a écrit.

Angus s’est rendu sur Twitter le 16 octobre, affirmant que Trudeau, qui avait autrefois défendu un accès accru à l’information, faisait maintenant le contraire.

WE Charity, qui devait recevoir 43,5 millions de dollars pour gérer un programme fédéral de bénévolat étudiant aujourd’hui disparu, a révélé qu’il avait versé à Margaret et Alexandre Trudeau plus de 350 000 $ au fil des ans.

Les liens familiaux de Trudeau avec WE Charity ont plongé le programme de bourses d’études dans la controverse au moment où il a été annoncé en juin dernier. Nous nous sommes retirés en quelques jours et avons depuis remboursé tout l’argent avancé par le gouvernement fédéral pour exécuter le programme.

Quatre comités, dont les comités d’éthique et des finances, avaient lancé ou s’apprêtaient à lancer des enquêtes sur l’affaire lorsque Trudeau a prorogé le Parlement, mettant ainsi fin à tous les travaux du comité.

Avec des fichiers de La Presse canadienne