Dubai-Police-voitures2

La photo a été utilisée à des fins d’illustration.

Sohaila Ahmed, Journaliste du personnel

Deux hommes arabes âgés de 24 et 33 ans, ressortissants du golfe, ont été arrêtés et renvoyés devant un tribunal pénal pour se faire passer pour des policiers et avoir volé deux victimes de leurs biens à Dubaï.

Les documents officiels indiquent que les deux accusés avaient prévu de voler le numéro de plaque d’immatriculation d’un véhicule afin de commettre leur vol.

Ensuite, ils se dirigent vers les rues à la pêche aux victimes. Peu de temps après, ils ont trouvé les deux victimes marchant dans l’une des rues de Dubaï.

Les accusés se sont arrêtés par les deux victimes, et l’un est sorti du véhicule et a montré une fausse pièce d’identité, imposant comme un policier infiltré.

Il a demandé aux victimes de monter à l’intérieur de leur véhicule, et dès qu’elles l’ont fait, l’accusé leur a demandé de vider leurs poches de toutes leurs affaires.

Les victimes ont abandonné leurs deux téléphones et un montant de 1 500 Dhs, sans mettre en doute l’histoire des accusés.

Le duo a alors été invité à quitter le véhicule et les deux accusés ont immédiatement fui les lieux.

Plus tard, les victimes ont réalisé qu’elles étaient tombées sous le coup d’une arnaque faite à mes deux citoyens qui se sont imposés comme flics.

Un rapport de police a été déposé contre les accusés et des enquêtes ont abouti à leur arrestation et à des poursuites.

En novembre, la Cour suprême fédérale a rejeté l’appel du ministère public contre un verdict d’appel acquittant un suspect accusé de se faire passer pour un enquêteur et de pénétrer par effraction dans une résidence de 6 femmes, de les détenir et de voler leur argent.

Les détails de l’affaire remontent à une époque où le ministère public a accusé le suspect et un autre anonyme d’avoir volé l’argent des victimes et de les détenir après avoir affirmé qu’il était un enquêteur, en plus de l’accusation d’entrer dans la maison par la force.

Le tribunal de première instance a décidé que le suspect serait emprisonné pendant un an.

Le suspect a fait appel de la décision, que la cour d’appel a annulée et acquittée.

Le ministère public a fait appel de l’innocence et la Cour fédérale suprême a rejeté la décision et renvoyé l’affaire pour examen par un autre pouvoir judiciaire, qui a également acquitté le suspect.

Le ministère public a fait appel de la décision, affirmant qu’il n’avait pas tenu compte des preuves, y compris l’empreinte digitale trouvée à l’endroit qui correspondait à l’empreinte digitale du suspect.